OXI !!!!

Capture d’écran 2015-07-07 à 18.14.26LES GRECS ONT DIT NON ( OXI) À 61% .

  • NON à l’austérité.
    vous allez me dire: les grecs comme les cigales ont emprunté pendant des années! Normal qu’ils doivent rembourser !!!
     Oui.. (encore que ça peut se discuter..) mais la potion amère de l’Eurogroupe: l’austérité a juste permis de faire baisser le PIB grec de 25%…Ce qui a mathématiquement fait gonfler le taux d’endettement  puisqu’il se calcule Dettes/PIB x 100 ! Donc continuer l’austérité, c’est accentuer encore la dépression économique et rendre le taux d’endettement encore plus explosif ! Il faut trouver de nouvelles solutions.
    Ce qui est relativement étonnant c’est que ce NON ne soit pas celui de « non à l’Europe » !!! c’est seulement un NON à l’Europe technocratique et arrogante.
  • NON aux anciens dirigeants qui tous ont fait campagne pour le OUI.
    Capture d’écran 2015-07-07 à 18.26.16Ce sont ces dirigeants, les Papandréou,
    Karamanlis et autres Samaras qui ont conduit la Grèce dans le mur ! La majorité de la population et surtout les jeunes ne veulent plus entendre parler de cette oligarchie méprisante et très satisfaite d’elle-même.
    L’ARRIÈRE PLAN POLITIQUE RISQUE DE RENDRE LA SORTIE DE CRISE DIFFICILE
    L’attitude des  différents dirigeants cachent des intérêts personnels contradictoires……
  • Merkel doit faire face à une opinion publique qui ne jure que par le Grexit ( sortie de la Grèce de l’Euro).
  • Hollande et les dirigeants des pays du Sud ont peur de la contagion des partis proches de Siriza sur leur gauche. Il ne veulent surtout pas que Siriza l’emporte de manière trop nette!
  • Les dirigeants européens ne veulent pas que d’autres pays (l’Espagne par exemple avec le parti proche de Siriza: « podemos ») réclament des réductions de leur dettes…
  • Lagarde qui  aimerait bien que son contrat soit renouvelé à la tête du FMI se montre particulièrement intransigeante…
  • Tzipras lui-même n’est pas totalement libre malgré la réussite du référendum…En effet il a fait alliance avec un parti « nationaliste »  qui a exigé le ministère de la défense. Or les dépenses militaires sont exorbitantes ( à cause des problèmes avec la Turquie). Impossible des les réduire sans perdre l’appui de ce parti alors que ces quelques milliards d’euros permettraient de faire baisser la dette grecque….
    De plus, il lui faut un soutien très large s’il veut changer la constitution pour qu’enfin l’Eglise et les armateurs paient des impôts….
    Et tout cela sans parler du clientélisme et de la corruption qui gangrène la politique grecque depuis des décennies…..

La tâche est rude….Une sortie par le haut de cette crise serait un miracle……

Publicités

Tous les pays sont endettés…alors pourquoi le ciel ne tombe-t-il que sur la tête des Grecs?


varoufakis

  1. Parce que le gouvernement grec ne peut pas faire comme les autres gouvernements: emprunter à des taux d’intérêt extrêmement faibles (voire négatifs) pour rembourser leurs dettes! Pourquoi?
  2. Parce que les investisseurs internationaux n’ont pas confiance dans la Grèce et pour prix de cette méfiance exigent des taux intérêts insupportables. De plus la BCE qui commence, avec le « QE » à racheter des obligations d’Etat, refuse d’acheter de la dette grecque.  Donc la Grèce en est réduite à réellement rembourser ses emprunts antérieurs.
  3. Pour que la Grèce puisse effectivement rembourser la Troïka, appelée maintenant « institutions » (BCE, Commission, FMI) a exigé que le budget grec ait un excédent de 4% du PIB ! N’oublions pas que la France qui est d’accord avec cette injonction… a un déficit de 4,4% du PIB!
  4. Comme l’excédent actuel  ( 1,5%) n’est pas suffisant, la Grèce doit demander l’aide de la Troïka (appelée maintenant « institutions ») pour finaliser ses remboursements. Evidemment l’aide est conditionnelle ( baisse des dépenses sociales, baisse des fonctionnaires, privatisations, pas  d’augmentation du SMIC…).calendrier-dette-grecque
  5. Quand on voit l’échéancier, il y a de quoi être pris de panique.
    Aléxis Tsípra a plaidé à Paris «Il est absolument vital pour la Grèce que sa dette publique soit restructurée afin de lui permettre d’être à nouveau solvable et d’obtenir ses besoins de financements sur les marchés des capitaux. » En effet, si les marchés ont de nouveau confiance, la Grèce pourra, comme les autres gouvernements , emprunter pour rembourser. C’est ce que le Portugal a réussi a faire!Mais la Grèce s’est jusqu’ici heurté à un mur de refus de la part de ses partenaires européens.
    l’Allemagne campe sur une position très intransigeante et fait monter la pression. Interrogé par la télévision publique autrichienne sur une sortie accidentelle et désordonnée de la Grèce de la zone euro, le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble a déclaré « dans la mesure où la Grèce seule a la responsabilité de décider ce qui se passe, et comme nous ne savons pas exactement ce que les responsables grecs font, nous ne pouvons pas l’exclure. L’Europe est prête à aider la Grèce, mais la Grèce doit se laisser aider ». traduction: accepter toutes les conditions des « institutions »!Le bras de fer et le chantage continuent…..

 

Il n’y a pas que les grecs qui sont endettés !!!

1. Qu’en est-il de la dette au niveau mondial?

Capture d’écran 2015-03-04 à 18.50.11Depuis  la crise de 2008, les  agents économiques ( Etats, entreprises, ménages) auraient  augmenté leurs dettes (selon un grand cabinet international) de  57.000 milliards de dollars   supplémentaires, soit un sixième du  PIB mondial. Dans ce supplément de dette, les Etats ont pesé pour près de moitié, les entreprises et les ménages assumant l’autre  moitié. A l’échelle de la planète, la dette  dépasserait désormais 210% du PIB mondial contre 180% en 2008, au début de la crise.
On montre du doigt que la Grèce, mais la dette totale (publique et privée) est très élevée dans d’autres pays:

Capture d’écran 2015-03-05 à 15.38.20Les Etats Unis ont failli faire défaut l’année dernière!
Après un bras de fer avec le Congrès, Barack Obama a obtenu qu’aucun plafond ne soit fixé à la dette américaine…Quant à la Chine, sa dette a quadruplé en seulement 7 ans portant la dette totale (publique + privée) à 282% du PIB en 2014!

2. Mais, Le ratio dette publique/PIB a-t-il un sens ?
Le ratio «dette/PIB» largement utilisé pour comparer les dettes des Etats. C’est un ratio qui rapporte du stock (la dette) à du flux (le PIB) et du pluriannuel (la dette) à de l’annuel (le PIB). Imaginez que vous empruntez pour acheter un logement. Si on rapportait cet emprunt total (un stock) à votre revenu annuel, il y aurait de quoi provoquer une crise cardiaque! (ex: 220 000€ /30 000€ !!!). La dette est un « stock » remboursable sur le long, voire très long terme.  Avec un ratio honnête (de type «flux/flux», «stock/stock» et «annuel/annuel», (exemple: remboursement+intérêts annuels/PIB) les résultats seraient évidemment d’une toute autre nature! Et les problèmes moins aigus!

3. De plus, actuellement les Etats empruntent pour rembourser leurs dettes à des taux extrêmement faibles, voire parfois négatifs! 

  1. Capture d’écran 2015-03-04 à 19.42.12Tous les pays du graphique ci-contre gagnent de l’argent en empruntant!!!!!
    Les liquidités mondiales sont si abondantes que les acteurs des marchés sont prêts à prêter à perte!!! Donc ce pourrait être le moment d’en profiter!4.Malgré le silence du discours dominant, la dette privée est souvent le vrai problème
    Capture d’écran 2015-03-01 à 19.16.51 IL ne faut pas oublier que la crise de 2008,   appelée « crise des supprimes » est une crise de la dette privée aux Etats-Unis, celle des ménages pauvres qui ont été poussés à s’endetter  pour acheter leur logement…Et qui n’ont pas pu rembourser, provoquant des faillites, une crise bancaire puis la crise économique que nous connaissons.
    De nombreux pays ont une dette privée supérieure à la dette publique:

    Capture d’écran 2015-03-01 à 19.20.37 Capture d’écran 2015-03-01 à 19.24.44


    5. Qu’en est-il de la France?

    La dette des ménages et des entreprises françaises atteignait à la fin du premier trimestre 119,5 % du PIB, soit près d’un point de PIB de plus que l’année précédente alors que dans les autres pays elle a tendance à diminuer. Il faut dire que, la France est le pays dont les acteurs privés sont les moins endettés, seule l’Allemagne étant en deçà (à peine 98,5 % d’endettement).

    Finalement la dette est plus complexe qu’il n’y parait…Mais elle est aussi beaucoup moins préoccupante qu’on voudrait le faire croire.